Rousselot Bruno



sérigraphie 53/60 - 1997


La peinture fait toujours l'épreuve d'une dureté étrange : en tout point de l'espace central ou périphérique, des forces invisibles coupent court à l'avènement d'une sensation d'unité ou de continuité. Même si les tableaux de Bruno Rousselot en manifestent l'exigence, ils soutiennent la venue de coupes d'abord imperceptibles où la couleur appose et filtre les densités et les nuances d'une respiration inlassable. Sur ces "fils" l'enjeu est crucial : qu'aucun souille ne soit coupé, qu'aucune respiration ne soit étouffée, qu'aucune lumière ne soit interdite. C'est à ce prix, sans cesse réévalué, que l'unité demeure comme promesse, comme passé toujours antérieur ou comme le dit Philippe Dagen de Bruno Rousselot que "la violence des chocs ne brise pas l'unité des toiles et qu'elles s'inscrivent dans la mémoire avec une autorité singulière".

Daniel Dobbels

voir aussi la fiche murale


A particip aux expositions :
Les murs d'une maison, Lumière d'été, Support mémoire I, Support mémoire, En verre et contre mur - Retour à Sol LeWitt, Une maison - Une collection, Le XVIII – XXI
Histoire intra-muros
, Hommage à Arthur Rennert
Histoire intra-muros
, À l’école d’une maison, Chantier permanent - Le poids des choses, Halte contemporaine
Latence des choses
, Contemporaine
Objet – La peinture
, Le temps est un enfant
Peinture - peinture
, Demeure en peinture, Les murs d'une maison - demeure en peinture, Le temps des Demeures
Une maison pour la peinture
, Hommage à une maison
Des artistes en cause
, Mise en demeure - Peinture, sculpture
Vincent Barré, invité d'honneur
.